recyclage

Les avantages et processus du recyclage d’ordures organiques

Pour faciliter le travail de recyclage, chaque foyer est sollicité à trier leurs déchets via une poubelle de tri sélectif pas cher et ainsi de mieux séparer les éléments organiques des rebus destinés au recyclage de récupération. Mais qu’est-ce que les déchets organiques ? Faisons le point sur la question.

Zoom sur les déchets organiques

zoom

Il s’agit ici de l’ensemble des produits jetés qui peuvent être dégradés par des microbes ou microorganismes, qu’il s’agisse de produits d’origine animaliers (lait, viande…), des déchets alimentaires, des déchets verts (herbes, bois…) ou encore les boues issues des eaux usées recyclées.

Raisons de leur recyclage

Premièrement, les déchets de type organiques si laissés sans gestion, d’un, se voient être un risque hasardeux pour la santé, de deux, comme ils se dégradent, ils dégagent des odeurs assez gênantes et trois, toute exposition à la pluie pourrait non seulement pourrir les sols, mais également les nappes phréatiques en dessous.
Ensuite, ce type de rebus représente une grande quantité des déchets produits par l’ensemble de la France. En les recyclant, cela permet de diminuer considérablement les volumes de rebuts qui devront passer au processus d’incinération.
Enfin, ce recyclage permet de produire une quantité de composts qui apportent beaucoup économiquement. Pour une tonne de compost, on chiffre à une trentaine d’Euros, avec plus de 3500 tonnes de compost par années, le coût s’élève donc à plus de 110 000 € l’an pour l’île entière.

Le processus de recyclage

Les déchets doivent tout d’abord subir un rapide triage manuel pour retirer tout ce qui n’est pas dégradable avant de passer soit à la méthanisation, soit au compostage industriel.

Compostage industriel

Les rebuts organiques, après avoir été broyés, sont mélangés avec des copeaux pour une meilleure aération, avant d’être laissés en extérieur sous forme d’énormes amas empilés pour moins de douze mois. Les microbes se chargeront par la suite de se nourrir du carbone et azote dans les ordures.
Pour garantir une bonne aération, chaque tas est retourné tous les mois à l’aide d’une machine de chantier, quant aux eaux de pluie en contact avec eux, elles doivent impérativement être retraitées en raison de leur surcharge en azote.
Au final, le résultat sera une terre noirâtre granuleuse à tamiser pour en ressortir la matière homogène à revendre.

Méthanisation

Un procédé moins connu en France, les ordures sont mises dans des digesteurs ou bassins étanches durant une trentaine de jours. Les résultats sont un gaz composé à plus de 50% de méthane et le reste organique, appelé « digestat », fera office d’engrais.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *